Sign In
Domaines thérapeutiques
Contact
Santen Pharmaceutical vous remercie pour vos questions et vos messages.

Glaucome

Le glaucome dérive du mot grec glaukós, signifiant « clair »

 

Le glaucome est un groupe complexe de maladies, dans la mesure où il évolue lentement, sur plusieurs années, sans manifester aucun symptôme. Dans un premier temps, il est même possible de ne rien remarquer, car la maladie débute par l'apparition de taches aveugles qui passent inaperçues dans le champ visuel périphérique (vision périphérique) - typiques de la forme la plus courante, le glaucome à angle ouvert. La progression du glaucome est déjà bien avancée lorsque l’on remarque des altérations de la vision, qui se traduisent par une baisse progressive de l'acuité visuelle. Dans ce cas, veuillez consulter un ophtalmologue dès que possible, car cette maladie peut entraîner la cécité.

 

Les deux yeux sont habituellement atteints par le glaucome, même s'ils ne le sont pas forcément de la même manière. Le meilleur œil peut compenser pendant un moment, si l'autre œil commence à perdre des parties du champ visuel.

Qu'est-ce que...

Le glaucome est la principale cause de perte irréversible de la vision dans le monde. Il atteint le nerf optique qui connecte l'œil au cerveau (la partie arrière de l'intérieur du globe oculaire). Des lésions surviennent généralement lorsque la pression intraoculaire (PIO) – le principal facteur de risque du glaucome – est trop élevée. Cela se produit lorsque le drainage de l'humeur aqueuse, un liquide aqueux présent dans l'espace entre la cornée et le cristallin qui permet entre autres de maintenir une pression oculaire normale, est bloqué. Il existe au moins 50 différents types de glaucomes.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque du glaucome comprennent :

  • Une pression oculaire (PIO) élevée : la pression augmente dans l’œil, car l'écoulement de l'humeur aqueuse (qui maintient la pression oculaire normale) est altéré pour une raison quelconque.

La pression oculaire peut varier d'une heure, d'un jour ou d'une semaine à l'autre en fonction de nombreux facteurs. Sur le plan statistique, la pression normale est comprise entre 10 et 21 mm Hg (millimètres de mercure, l'échelle de mesure de la pression oculaire). Une légère élévation de la pression oculaire (22 à 30 mm Hg) ne provoque pas nécessairement une altération du champ visuel. Mais si la PIO dépasse 30 mmHg, le risque de glaucome est 40 fois plus élevé. En général : plus la pression est élevée, plus le risque est important pour le nerf optique. La pression oculaire de certains patients atteints de glaucome est toutefois inférieure à 21 mm Hg. En d'autres termes, la tolérance à la pression du tissu nerveux est également variable selon les personnes.

  • Âge : chaque décennie de votre vie double le risque de glaucome (le glaucome est plus fréquent chez les personnes âgées de plus de 60 ans et survient rarement chez les personnes de moins de 40 ans)

  • Antécédents familiaux : si un membre de votre famille est atteint de glaucome, vous êtes de 3 à 9 fois plus susceptible de manifester un glaucome

  • Le syndrome dit d'exfoliation, qui est courant dans les pays nordiques (squames grisâtres à la surface du cristallin, pouvant être détectés par un ophtalmologue à l'aide d'un microscope)

  • Vision de loin altérée (myopie) : le risque de glaucome est de deux à trois fois plus élevé pour les myopies de plus de -3 dioptries,

  • Ethnicité : Les personnes d'origine africaine ou afro-caribéenne sont de 5 à 6 fois plus susceptibles de présenter un glaucome que les personnes d'origine caucasienne

  • Certaines autres maladies : le diabète, l'artériosclérose (durcissement des artères) et l'hypertension (tension artérielle élevée) peuvent altérer la circulation sanguine dans l’œil et exposer à des déficits glaucomateux.

Diagnostic

Consultez votre ophtalmologue :

  • dès 40 ans

  • tous les 5 ans, si vous avez entre 40 et 60 ans

  • tous les 2 à 3 ans, si vous avez plus de 60 ans

Pour détecter un glaucome, le médecin examine les yeux à l'aide d'un microscope spécial, appelé lampe à fente, qui fournit une vue agrandie en trois dimensions des structures oculaires. Lorsqu'il est utilisé en association avec des lentilles spéciales, il permet de visualiser plus particulièrement le fond d'œil, où est située la tête du nerf optique (des altérations spécifiques peuvent être observées dans cette zone chez une personne atteinte de glaucome).

 

L’ophtalmologue détermine également la pression oculaire ainsi que l'épaisseur de la cornée, car cela peut influer sur les mesures de la pression intraoculaire. L'angle formé entre l'iris et la cornée sera déterminé par gonioscopie. En outre, le champ de vision peut aussi être examiné à l'aide d'un test appelé périmétrie.

 

Si le diagnostic posé est le glaucome, un traitement servant à faire baisser la pression est généralement instauré.

 

Si la pression est élevée, mais qu'il n'y a aucun signe de glaucome, il est possible de surveiller la situation sans instaurer de traitement ou d'instaurer un traitement prophylactique. Dans tous les cas, la décision doit toujours être prise au cas par cas par l'ophthalmologue.

Traitement

Le traitement du glaucome repose sur la baisse de la pression intraoculaire. L'objectif est de ralentir la progression de la maladie. Malheureusement, la vision déjà perdue ne peut être restaurée. Les choix de traitement sont généralement dans l'ordre suivant :

  1. Médicaments (collyres)

  2. Laser

  3. Chirurgie

Le glaucome nécessite en général un traitement à vie. Pour un traitement à long terme, envisager les collyres sans conservateurs en vue d'assurer une tolérance optimale au médicament. Les médicaments agissent en réduisant la quantité d'humeur aqueuse (par exemple les bêta-bloquants) ou en augmentant le drainage de l'humeur aqueuse (par exemple les collyres à base d'analogues des prostaglandines). Il est essentiel d'utiliser ces médicaments selon les instructions de votre médecin, car ils ne sont efficaces que s'ils sont utilisés correctement.

 

Le traitement au laser (trabéculoplastie au laser) de l'angle de la chambre, qui vise à améliorer l'écoulement de l'humeur aqueuse, peut également être utilisé afin de réduire la pression - au moins pendant quelques années. En cas de progression du glaucome malgré un traitement médical ou par laser, une intervention chirurgicale peut être envisagée.

 

L'intervention chirurgicale la plus courante pour traiter le glaucome est la trabéculectomie. Il s'agit d'une procédure qui permet de réduire la pression intraoculaire par l'ablation d'une partie du réseau trabéculaire de l'œil et de ses structures adjacentes. Cette intervention permet d'évacuer l'humeur aqueuse de l'intérieur de l'œil jusque sous la conjonctive, où il est absorbé.